Ciné-Club

Les soirées Paroles sur images ont le but de susciter une réflexion et une discussion autour de différentes thématiques d’actualité à partir d’un film ou d’un documentaire. Via cette activité nous rencontrons d’autres associations et nous prenons le temps de discuter, mais aussi de soutenir des luttes existantes et de relayer leurs revendications. Nous faisons aussi attention à créer des liens entre l’Italie et la Belgique et nous soutenons des manières alternatives de produire et distribuer des œuvres culturelles.

Nos prochaines projections :

14.11.2023 – CINECOOP – Projection-débat « Le Magnétophone »

CINECOOP – Projection-débat « le magnétophone » Le Casi-Uo et le Cinecoop vous invitent le mardi 14 novembre 2023 à 19h00 à …

11.10.2023 – Projection-débat « The Yellow Queen. A road movie »

Projection-débat « The Yellow Queen. A road movie » Le Casi-Uo et le CFS-ep asbl vous invitent le mecredi 11 octobre 2023 …

16.06.2023 – Projection-débat « E tu come stai? »

Projection-débat « E tu come stai? » https://www.youtube.com/watch?v=0ooqkswXzG8&ab_channel=CasiUoLe Casi-Uo, en collaboration avec ZinTV, OpenDDB, Smk Factory, Filef Nuova Emigrazione, Arci Bruxelles, Nfo …

Les projections,
accompagnées de débats :

2023

Le Casi-Uo et le CINECOOP vous invitent le mardi 16 mai 2023 à 19h00 à la projection du documentaire: « Ceux de Clabeq »

Lire la suite

Le Casi-Uo et ZinTv vous invitent le jeudi 1er juin 2023 à 20h00 à la projection du documentaire: « Per questo per altro per tutto »

Lire la suite

Le Casi-Uo vous invitent vendredi 16 juin 2023 à 19h00 à la projection du documentaire: « E tu come stai ?»

Lire la suite

Le Casi-Uo et ZinTv vous invitent le jeudi 1er juin 2023 à 20h00 à la projection du documentaire: « Per questo per altro per tutto »

Lire la suite

Le Casi-Uo, en collaboration avec Zin-Tv et NFO radio, vous invite à participer à notre soirée de financement pour le film « Kissing Gorbaciov »

Lire la suite

Le Casi-Uo et le CINECOOP vous invitent le mardi 16 mai 2023 à 19h00 à la projection du documentaire: « Ceux de Clabeq »

Lire la suite

projection-débaT « INTERDIT AUX CHIENS ET AUX ITALIENS » Projection du film « Interdit aux chiens et aux Italiens » Projection-débat de « Interdit aux chiens et aux Italiens », de Alain Ughetto UNE HISTOIRE DE MIGRATION, TRAVAIL ET RÉSISTANCES ALPINES Soyez les bienvenu.e.s mardi 11 avril à 19h15 au Cinéma Aventure (détails plus bas) Synopsis : Début du XXe siècle, dans le nord de l’Italie, à Ughettera, berceau de la famille Ughetto. La vie dans cette région étant devenue très difficile, les Ughetto rêvent de tout recommencer à l’étranger. Selon la légende, Luigi Ughetto traverse alors les Alpes et entame une nouvelle vie en France, changeant à jamais le destin de sa famille tant aimée. Son petit-fils retrace ici leur histoire. Débat : Cette histoire rappelle les difficultés que les populations migrantes ont pu rencontrer dans le pays d’origine et dans le pays d’arrivée. Mais aussi les causes de ces migrations et les stratégies individuelles…
Lire la suite

Le CFS-ep, le CASI-UO et la FILEF Nuova Emigrazione-Belgio vous invitent, le mardi 28 mars 2023 à 19h00, à la projection du film « Senza chiedere permesso – Sans demander la permission » (Italie, 2014, 95’) de Pietro Perotti et Pierfranco Milanese.

Lire la suite

Le Casi-Uo et le CINECOOP vous invitent le mardi 14 mars 2023 à 19h00 à la projection du documentaire: « Cette nuit-là » (2022, 52 min, FR) de Safia Kessas

Lire la suite

Projection-échange « Jusqu’au dernier souffle. Le cas d’Alfredo Cospito et Anna Beniamino » – une soirée pour parler d’incarcération et de répression, en Italie et ailleurs

Lire la suite

2022

Nous avons pu reprendre à pleine vitesse tant à Saint-Gilles qu’à Anderlecht où nous avons réalisé un partenariat avec le COOP et Gsara.
Plus d’infos dans les prochaines semaines

CINECOOP – Projection-débat « 99 secondes » et « la peer enquête » Le mardi 13 décembre 2022 à 19h00 nous vous proposons des films et un débat :[] « 99 secondes » réalisé par nosfuturs.net10 mots et 20 professionnels de tous bords : pour établir un lexique des nouveaux mots du travail numérisé. Chacun devant sa webcam, un sociologue, une restauratrice, un danseur ou une poétesse, se prêtent au jeu des définitions en 99 secondes chrono ! : découvrez ce que « ubérisation » inspire à une ouvrière pédaleuse ou à un musicien, ou ce que cache « algorithme » pour un livreur ou une juriste.[] « La Peer Enquête » réalisé par le Collectif Extérieur Jour(Belgique, 26′- 2020 – VOSTFR)Vous ne le savez peut-être pas quand vous commandez une pizza via une application telle qu’Uber Eats ou Deliveroo, mais généralement, votre livreur n’est ni salarié, ni indépendant. Ces deux plateformes travaillent via un régime fiscal a…
Lire la suite

Projection Débat « Vogliamo i colonnelli »  L’Italia e gli anni ’70: tra lotte sociali, terrorismo e riforme. (FR ⤵)Il Casi-Uo e la Filef nuova emigrazione vi invitano a una serata sugli anni Settanta. In programma:18.30 – 19.00 | birra di benvenuto19.00 – 19.15 | cortometraggio sul contesto storico (realizzato da Filef nuova emigrazione)19.15 – 21.00 | proiezione del film Vogliamo i colonnelli (100′, 1973, VOSTFR) di Mario Monicelli.21.00 – 21.30 | discussione sul filmIl dibattitoGli anni ’70 in Italia, ma non solo, sono stati un decennio molto importante nella storia della seconda metà del XX secolo. Il ricordo di questi anni è spesso molto negativo: le stragi neofasciste con le bombe nelle banche, nei treni, nelle strade; la lotta armata della sinistra con il rapimento e l’assassinio di Aldo Moro da parte delle Brigate Rosse; la violenza e gli scontri di piazza. Ma in realtà il decennio fu anche un periodo…
Lire la suite

CINECOOP – Projection-débat « Stalingrad, avec ou sans nous ? » de Bruxelles à Tokyo la réappropriation de l’espace public par les femmes en vélo Le mardi 15 novembre 2022 à 19h00 nous vous invitons à la projection du documentaire« Stalingrad, avec ou sans nous ? »(2021, 63 min, FR) de Liévin Chemin, Félicien Dufoor, Benjamin Delori, Samira Hammouchi, Chérine Layachi, Anas TicotProduction : Centre Vidéo de Bruxelles – CVB – Michel SteyaertCinq habitant·es du quartier Stalingrad à Bruxelles filment les secousses du creusement d’un nouveau métro, projet démesuré et décrié.Son chantier monstre étouffe une rambla commerçante et chaleureuse devenue champ de labour à ciel ouvert. Assiste-t-on à la disparition d’un quartier phare, porte d’entrée de la ville depuis plus de 40 ans ? Que deviendra cette halte accueillante aux confins d’un centre de plus en plus standardisé et impersonnel ? Quelle ville sommes-nous en train de dessiner ?La projection sera suivie d’une…
Lire la suite

Projection Débat « in campo nemico » Gênes 2001. Si la vengeance et sans fin, notre solidarité est sans frontières – Soirée de solidarité avec Vincenzo Vecchi ITALIANO SOTTOGênes 2001. Une vengeance sans fin – Soirée de solidarité avec Vincenzo VecchiL’État italien veut régler ses comptes avec les événements de Gênes en 2001, lorsque la ville a été le théâtre d’un affrontement entre deux mondes : celui du mouvement contre la mondialisation néolibérale et celui des « puissants du G8 » : vous G8, nous 6.000.000. Comme le dit une célèbre caricature du dessinateur Mauro Biani, « nous avions raison mais nous n’avions rien d’autre ». Et en fait, les autres ont gagné et leur vengeance sur le mouvement social et les individus a été totale et, aussi, légale.Personne n’a payé d’un seul jour de prison parmi les forces de l’ordre responsables du meurtre de Carlo Giuliani, de la violence sauvage contre des manifestants non armés, de…
Lire la suite

«Women don’t cycle» de Bruxelles à Tokyo la réappropriation de l’espace public par les femmes en vélo Né d’un partenariat entre le COOP, GSARA et Casi-Uo, le projet «CINECOOP» continue ! Nous vous proposons une fois par mois la projection de longs et courts-métrages engagés, suivie d’un débat. Le mardi 18 octobre 2022 à 19h00 nous vous invitons à la projection du documentaire« Women don’t cycle » (2022, 46 min, FR) de Manon Brulard Ce documentaire éclairant sur les préjugés autour des femmes cyclistes aborde également la question d’une approche alternative et durable du voyage aux antipodes du tourisme de masse. Manon Brulard en 2019 s’est lancée dans un défi de taille : faire Bruxelles-Tokyo à vélo ! En l’espace de 11 mois, elle a parcouru 13 500 km et traversé pas moins de 21 pays, ce qui lui a permis de rencontrer beaucoup de personnes, dont des femmes cyclistes. Manon…
Lire la suite

«2121 Hypothèses Associations» La mobilisation des travailleurs et des travailleuses dans le secteur associatif  Le CFSep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du CASI-UO asbl vous invitent, le mardi 11 octobre 2022 à 19h00, à la projection du film « 2121 Hypothèses Associations » (Belgique, 2022, 56’) de Michel Steyaert. Celle-ci sera suivie d’un débat en compagnie de – Pierre Smet, initiateur et cofondateur du Collectif21 – Vinciane Convens, Secrétaire Nationale Non-Marchand et Culture · CNE // Synopsis du film // Il y a peu, dans l’indifférence quasi générale, le cadre législatif qui organise le secteur associatif en Belgique depuis 1921 basculait dans une ère nouvelle, celle du Code des sociétés et des associations. Faisant ainsi de l’Association Sans But Lucratif d’aujourd’hui une entreprise comme une autre, ou presque. Dans un film choral, le Collectif21 et le CVB sont allés à la recherche de ce « presque », pour mettre en valeur et…
Lire la suite

«Esprit bruxellois, es-tu là?» à la découverte de Bruxelles et de ses identités multiples mardi 20 septembre 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 Anderlecht Né d’un partenariat entre le COOP, GSARA et Casi-Uo, le projet «CINECOOP» continue après la pause estivale ! Nous vous proposons une fois par mois la projection de longs et courts-métrages engagés, suivie d’un débat.Le mardi 20 septembre 2022 à 19h00 nous vous invitons à la projection du documentaire: « Esprit bruxellois, es-tu là?» (2020, 50 min, FR). Une réalisation de CLARA asbl et l’Université populaire d’Anderlecht SynopsisL’Esprit bruxellois, un mix de dérision, d’autodérision et de truculence ! Un véritable hymne à la vie, à la culture brusseleir, à la zwanze, aux caberdouches, au Stoemp, aux Marolles, au Petit Lion, aux caricoles et au bodding du Marché de Jette, à la Brasserie Ploegmans, en compagnie de Joske Maelbeek, Jean-Jacques De Gheyndt, Zidani, Madame Chapeau, Zinneke…
Lire la suite

« SARURA » Quelles résistances en et pour la Palestine?Le mardi 21 juin 2022 à 18h45 le Casi-Uo, ZinTV, Association Belgo-palestinienne, Lagrange points, BDS europe, OpenDDB et SMK factory, vous invitent au cinéma PALACE, à la projection-débat du docu-reportage “Sarura” en présence du réalisateur, Nicola ZambelliSynopsisAux portes du désert du Néguev, un groupe de jeunes Palestiniens lutte contre l’occupation militaire israélienne. Les « jeunes de Sumud » – les jeunes de la persévérance – cherchent à rendre à leurs familles les terres qui leur ont été enlevées en rénovant l’ancien village de Sarura. Ils font face aux agressions par des actions non violentes, se défendant contre les armes à feu avec leurs propres caméras vidéo ; ils opposent à la désolation et à la mort l’espoir et la vie.Dix ans après leur premier documentaire sur la lutte non violente en Cisjordanie, les cinéastes retournent dans le village d’At-Tuwani pour raconter comment les enfants décrits…
Lire la suite

projection-débat de : Al hurriya (7 min – FR – 2017) Roya, fin octobre (25 min – Fr – 2018) Projections-débat des deux court-métrages sur l’acceuil dans le cadre de l’événement CONFLITS ET MIGRATIONS Le samedi 11 juin 2022, nous vous invitons à une journée de réflexion-action sur la migration : sur les causes, sur l’accueil, sur la répression de la solidarité. Ce sera l’occasion d’en parler, mais pas seulement : nous voulons réfléchir au type de contribution que nous pouvons apporter, avec nos associations, pour attaquer ce que nous percevons comme des injustices.Nous serions heureux de vous rencontrer lors de cette journée sociale. Soyez les bienvenus.Samedi 11 juin 2022 à 16h00 au 61 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) * 16h00 – 17h00projection-débat de deux courts métrages sur l’accueil* Al hurriya (7 min – FR – 2017)* Roya, fin octobre (25 min – Fr – 2018) Lien Facebook à l’événement

« EN MARCHE » Le contrôle des chômeurs   Mardi 10 mai 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 Anderlecht Le mardi 10 mai 2022 à 19h00 nous avons organisé en collaboration avec le GSARA et le COOP la projection du documentaire « En Marche  » (2020, 69 min, FR). Un film produit par EkleKtik Productions, en coproduction avec Zorobabel et le GSARA, en partenariat avec le Centre Librex. Le film a été suivi d’une rencontre en présence de l’équipe de réalisation et de l’économiste Edgar Szoc.  Pour plus d’informations : https://gsara.be/catalogue/projet/en-marche/22/ Synopsis Un homme, tout investi de son travail, le perd. Sa fonction sera désormais automatisée. L’histoire est classique, si ce n’est que cet homme, dernier facilitateur humain, avait pour mission de contrôler, et parfois d’exclure, les chômeurs. Reprenant les rushes d’un documentaire d’entreprise avorté, le film retrace les derniers jours de Martin Grenier au sein du Service Emploi Chômage.…
Lire la suite

« GOUJONS 59/63 » La tour des Goujons, un logement social en état inquiétant.  Jeudi 28 avril 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 Anderlecht Le jeudi 28 avril 2022 à 19h00 nous avons organisé en collaboration avec le Gsara et le COOP la projection du documentaire « Goujons 59/63 » (2015, 69 min, FR). Une production de CVB et une réalisation par Gwenaël Breës, Mathieu Haessler, Cécile Michel & Sonia Ringoot. La projection a été suivie d’un débat en présence de-José Garcia syndicat des locataires,-Gwenaël Breës, réalisatrice du film. Synopsis Nous sommes à Bruxelles, commune d’Anderlecht, quartier de Cureghem. Aux numéros 59-61-63 de la rue des Goujons, s’élance une tour de 18 étages comprenant 384 appartements sociaux, 900 habitants, 1500 portes et 1 concierge. ‘Goujons 59/63’ est une chronique de la vie et de la cohabitation dans un immeuble de logement social, en compagnie d’habitants attachés à leur…
Lire la suite

« UNE BELLE HISTOIRE VECUE » ET « LES MAISONS ROUGES » Les maisons du peuple en Belgique: un regard sur la mémoire ouvrière et socialiste belge Mardi 12 avril 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 Anderlecht Le mardi 12 avril 2022 à 19h00 nous avons organisé en collaboration avec le Gsara et le COOP les projections sur les maisons du peuple en Belgique: « Une belle histoire vécue » (2014, 8 min, FR), une production de GSARA et « Les maisons rouges » (2015, 22 min, FR) de Benjamin Durand, également une production de GSARA.   Les projections ont été suivies d’un débat en compagnie des réalisateurs Synopsis « Une belle histoire vécue »  Aujourd’hui devenues un simple local, un café-brasserie, un commerce, une habitation, voire juste une façade… Les maisons du peuple de Bruxelles d’hier constituent un véritable patrimoine social que l’histoire et la spéculation immobilière ont soit oubliées, soit détruites, comme…
Lire la suite

« QUELQUE CHOSE DE NOUS » La transmission de la mémoire: comment la garder en vie et la partager? Jeudi 24 mars 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 Anderlecht Le jeudi 24 mars 2022 à 19h00 nous avons organisé en collaboration avec le COOP et le GSARA la projection du court-métrage «Quelque chose de nous» (2019, 19 min, FR) de Thibault Coekelbergh. Une production du Casi-Uo, en coproduction avec GSARA asbl.  Celle-ci a été suivie d’un débat en compagnie des protagonistes. Synopsis Durant l’année 2018, le groupe des aînés du CASI-UO a travaillé dans une démarche d’éducation permanente à la mise en place d’un projet-vidéo construit à partir de textes qu’eux-mêmes ont écrit. Ce travail a ouvert un grand nombre de questions et de pistes de réflexion autour des concepts de transformation et de transmission de la mémoire. Voici un extrait :  “Nous avons participé à un atelier…
Lire la suite

« DE L’AUTRE CÔTE DES MERES » Dépassées, dépossédées, submergées… le « congé » ou « repos » de maternité porte mal son nom ! Que manque-t-il à notre société pour une expérience maternelle plus réjouissante ? Qu’en pensent les femmes elles-mêmes ? Mardi 8 mars 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 Anderlecht Le mardi 8 mars 2022 à 19h00 nous avons organisé en collaboration avec le GSARA et le COOP la projection du film “De l’autre côté des mères” (2021, 78 min, FR) de Vinciane Zech, Brigitte Junker, Sandrine d’Huart, Chantal Poppe et l’équipe de Corps écrits.  Celle-ci a été suivie d’un débat en compagnie des réalisatrices. Synopsis Quelques mois avant et après l’accouchement, une dizaine de femmes d’origines diverses libèrent leurs voix, devant la caméra. Au-delà de la « socialement correcte » joie d’être mère, il y a aussi la solitude, l’isolement, la culpabilité, l’injustice, l’épuisement,…
Lire la suite

« CAMPING WESERTAL » ET « LES VOISINS » Le vivre ensemble et la mixité sociale, enjeux de société.   Jeudi 24 février 2022 à 19h00 au COOP asbl, quai Fernand Demets 23, 1070 AnderlechtC’est avec fierté que nous vous présentons notre nouveau projet qui aura lieu dans notre commune d’Anderlecht : «CINECOOP» en collaboration avec le COOP et GSARA.  Nous vous proposons 2 fois par mois la projection de longs et courts-métrages engagés, suivie d’un débat. Le 24 février pour la première soirée du cycle, deux court-métrages au programme :  CAMPING WESERTAL (2012). Hugo Amodeo. (29′) Court documentaire, tourné en Belgique, qui raconte le quotidien d’un groupe de personnes qui vivent en permanence dans un camping, soit parce qu’elles ne savent pas comment vivre autrement, soit parce que pour diverses raisons (économiques, entre autres), elles n’ont pas d’autre choix. LES VOISINS (1981) de Jaco Van Dormael 1981 (16′) A la demande d’un comité de quartier,…
Lire la suite

« PLACES NETTES » Entre loyers chers et répression policière, quelle place pour les bruxellois.e.s?  Mardi 26 avril 2022 à 19h00 au 26 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) Le CFS-ep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du CASI-UO asbl ont organisé, le mardi 26 avril 2022 à 19h00, la projection du film « Places nettes » (Belgique, 2019, 85’) de Jos Beni, Pierre Corbisier, Xavier Dupont, Latifa Elmcabeni, Nadia Elmcabeni, Maud Girault et Jonathan Vard. Celle-ci a été suivie d’un débat avec plusieurs des réalisateur.trice.s et des intervenant.e.s de terrain. Synopsis« Bruxelles, sept habitants de Saint-Gilles enquêtent sur leurs rapports aux espaces publics de cette commune en plein boom immobilier. Là où cohabitent Saint-Gillois de toujours, SDF et « Sans Difficultés Financières », jeunesse violentée et nouveaux arrivants, quelle place chacun trouve-t-il ? Que deviennent les histoires personnelles et collectives quand l’économie de marché recouvre la ville de son vernis implacable ? »Une production du Centre Vidéo…
Lire la suite

« Tekoser. Il partigiano orso » Lutte antifasciste Dimanche 24 avril 2022 à 16h00 au 61 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) Dans le cadre des célébrations bruxelloises de la journée de la libération de l’Italie du nazi-fascisme, diverses associations se sont réunies le 24 avril pour organiser un événement riche en initiatives. Pour l’occasion, la CASI-UO a programmé la projection du film « Tekoşer. Il partigiano orso » (2021, 41 mn, IT) de Dario Salvetti.  SynopsisDe Rifredi (Florence) au nord de la Syrie, au Rojava, puis retour à Rifredi, en passant par la bataille d’Afrin et de Deir el Zor dans les derniers jours de la campagne militaire contre l’Isis et avec la menace imminente de la Turquie d’Erdogan. Le documentaire Tekoşer, de Dario Salvetti, suit l’histoire de Lorenzo Orsetti (Orso), un garçon de Rifredi parti fin 2017 pour soutenir la révolution des peuples du Rojava et combattre l’Isis. Un voyage qui se déroule entre les…
Lire la suite

« BUREAU DE CHÔMAGE » Le système d’assurance-chômage: d’un côté de la table des chômeurs, de l’autre des contrôleurs. Mardi 22 février 2022 à 19h00 au 26 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) Le CFS-ep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du CASI-UO asbl ont organisé, le mardi 22 février 2022 à 19h00, la projection du film « Bureau de chômage » (2015, 75 min, FR) de Charlotte Grégoire et Anne Schiltz .Celle-ci a été suivie d’un débat en compagnie de l’une des réalisatrices et d’un représentant de l’Atelier des droits sociaux. SynopsisUne administration, des bureaux cloisonnés, des personnes assises en vis-à-vis. D’un côté de la table, des chômeurs. De l’autre, des contrôleurs. L’enjeu des entretiens : le maintien des allocations de chômage. La rigidité de la procédure s’oppose à la singularité des hommes et des femmes qui y sont soumis.Le film interroge le sens du travail aujourd’hui, dans un monde où la précarité de l’emploi…
Lire la suite

2021

Malgré les difficultés dûes à la crise sanitaire, nous avons organisé 6 projections qu’on présente ici organisées par thématiques et pas en ordre chronologique. Deux projections sur les frontières et la solidarité ; deux sur le monde du travail ; deux sur l’intégration. Les migrants ont toujours été au centre de nos réflexions et débats.

Monde du travail

Comme on le sait, le marché du travail a considérablement évolué au cours des deux dernières décennies, sous l’effet de phénomènes tels que la mondialisation et l’accélération du progrès technologique. Ces changements semblent également avoir un impact important sur la façon dont les professions sont exercées, avec moins de postes stables et plus d’emplois « flexibles », qui se traduisent souvent par des formes d’emploi temporaires et précaires. Dans ce contexte, l’idée d’une carrière professionnelle linéaire, comprenant une formation initiale, une courte période consacrée au placement et l’obtention ultérieure d’un poste stable avec un contrat permanent, devient, si ce n’est exactement irréaliste, certainement difficile à réaliser. Les travailleurs se retrouvent de plus en plus souvent à devoir faire face à de nombreuses expériences de travail précaire et à de multiples transitions professionnelles au cours de leur vie professionnelle, ce qui accroît les sentiments de malaise et d’incertitude chez de nombreuses personnes. Avec nos projections nous montrons que, malgré la distance qu’il peut y avoir entre une campagne du sud de l’Italie et le centre de la métropole bruxelloise, l’accès au monde des droits sociaux n’est pas garanti et que seule la lutte des premiers concernés peut permettre des évolutions positives. 

Dans les deux cas, comme intervenants, nous avons eu deux voix des premiers concernés (donc des travailleurs du secteur) ainsi que deux spécialistes de la matière. 

Frontières et solidarité

Chaque jour dans le monde, des réfugiés et des migrants risquent leur vie dans une tentative désespérée d’atteindre la sécurité ou une vie meilleure. Traversées maritimes dangereuses, longs trajets à pied autour de murs et de clôtures en fil de fer barbelé, voyages dans des camions ou des conteneurs où il y a un risque de suffocation : les reportages relatent de nombreux épisodes dramatiques. Ces itinéraires rassemblent des réfugiés et des migrants, qui ont des besoins de protection différents mais empruntent souvent les mêmes routes. C’est pourquoi on parle de « flux mixtes » : les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants fuyant la pauvreté voyagent côte à côte. Chaque année, des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants meurent en mer dans une tentative désespérée de rejoindre l’Europe. Ils partent dans des bateaux de pêche, des barges délabrées et des petits bateaux. Ils partent de l’Afrique de l’Ouest vers les îles Canaries, du Maroc vers l’Espagne, de la Libye vers Malte et l’Italie, de la Turquie vers les îles grecques. Beaucoup d’autres entrent dans l’UE par voie terrestre, via la Turquie et les Balkans, ou depuis l’Ukraine et le Belarus. Les personnes qui entrent en Europe de manière irrégulière – sans passeport ni visa – le font pour de nombreuses raisons. Dans de nombreux cas, il s’agit de migrants fuyant la pauvreté, mais il y a aussi ceux qui fuient les persécutions, les violences politiques et les conflits armés. Cependant, lorsqu’il y a violation d’un droit, il y a aussi des activités marquées par la solidarité. Nous avons voulu décrire les deux côtés, comme pour les autres questions : d’une part, la violence de ceux qui spéculent sur les vies humaines et profitent des migrants et des travailleurs précaires, et d’autre part, la construction des alternatives pour un monde plus juste. Or, nous verrons comment cet aspect subit une répression violente sous toutes les latitudes. 

Intégration

Bruxelles est peut-être cosmopolite, cela ne la rend pas forcément accueillante pour tout le monde. Après la seconde guerre mondiale et pendant toute la seconde moitié du 20ème siècle, d’importantes communautés de travailleurs migrants provenant du sud de l’Europe (Italie, Grèce, Espagne, Portugal), du Maghreb, de Turquie, du Congo, d’Europe de l’Est sont venues accentuer ce phénomène. Arrivés dans un premier temps pour faire tourner les usines, ces migrants installés dans les quartiers « populaires » de Bruxelles, ont été brutalement touchés par la désindustrialisation. Et, si quelques-uns – « des arbres qui cache la forêt », pour reprendre l’expression d’Anne Morelli – ont tiré leur épingle du jeu et sont devenus des descendants d’immigrés respectables, intégrés, une grande partie n’ont pas connu une ascension sociale fulgurante et le maintien de leur condition a donné le nom à leurs quartiers de résidence de « croissant pauvre de Bruxelles ». Nous avons ressenti le besoin de remettre au travail le concept d’intégration : nous avons eu le besoin de comprendre ce que ce terme implique aujourd’hui pour les publics que nous rencontrons. Nous avons pour cela organisé deux projections sur la thématique.

« Enfants d’ici, Parents d’ailleurs » Intégration : entre identité attribuée et identité revendiquée Le jeudi 2 décembre à 19h00 au CFS asbl (rue de la victoire 26, Saint-Gilles) Le CFSep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo ont organisé, le jeudi 2 décembre 2021 à 19h00, une projection-débat du film « Enfants d’ici, Parents d’ailleurs » (Belgique, 2019, 52’) de Bachir Barrou.  Synopsis Le film documentaire « Enfants d’ici, Parents d’ailleurs » aborde la question de la migration et, plus spécifiquement, celle du vécu des personnes issues de l’immigration. Souvent tiraillé entre une identité attribuée et une identité revendiquée, ce vécu migratoire diffère-t-il d’une génération à l’autre ? Comment s’approprier cette question de façon singulière tout en l’inscrivant dans une histoire commune ? À travers les récits de Raouf, Sarah, Nabil, Carlos, Leïla, Gilles, … « Enfants d’ici, Parents d’ailleurs » dévoile un autre regard et lève le débat sur la question identitaire qu’on assimile à la…
Lire la suite

« SHIFT » Les droits sociaux dans l’économie de plateforme. Un rêve du siècle passé ?  Jeudi 28  octobre à 19h00 au Cfs (rue de la victoire 26, Saint-Gilles)  Le CFS-ep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du CASI-UO asbl ont organisé, le jeudi 28 octobre 2021 à 19h00, la projection-débat du film « SHIFT » (Belgique, 2021, 61’) de Pauline Beugnies. Celle-ci a été suivie d’un débat avec Claudia Marà (Centre for Sociological Research – KUL) Nada Ladraa (MOC Bruxelles) et un coursier.  Synopsis« SHIFT, c’est l’histoire d’un coursier à vélo avec plus de 20.000 km au compteur, qui a porté le « maillot à pois », qui se bat quotidiennement contre un algorithme. Un jour, ce coursier dit que non, il n’est pas d’accord d’être payé à la tâche malgré la « coolitude » de son métier devenu un « flexi-job ». Partant de l’histoire singulière de Jean-Bernard, poursuivi en justice aux côtés de l’État belge par Deliveroo, SHIFT raconte…
Lire la suite

« UN PAESE DI CALABRIA » Comment s’organiser quand la solidarité est sous attaque ? Lundi 18  octobre à 18h00 au Cinéma aventure (rue des fripiers 15, Bruxelles)  Le cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo, en collaboration avec d’autres associations italiennes, a organisé, le lundi 18 octobre 2021 à 18h00, une projection-débat du film « Un Paese di Calabria » de Shu Aiello et Catherine Catela (Italie, France, 2016, 90’), en présence de Aboubakar Soumahoro (invisibili in movimento) SynopsisComme beaucoup de villages du sud de l’Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif. Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage. Spontanément, les habitants du village leur viennent en aide. Petit à petit, migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l’école. DébatLe film montre qu’un autre accueil est possible. Riace était en effet devenu un village modèle d’intégration. Malheureusement, cette situation était…
Lire la suite

« The Milky Way » Emigration et frontières : quelles place pour la pratique de la solidarité ? Jeudi 24 juin 2021 à 19h00 au Cinéma Palace (85 Boulevard Anspach – 1000 Bruxelles) Lien FB pour regarder le débat  Le Casi-Uo et le Collectif Formation ont organisé au cinéma PALACE, le jeudi 24 juin 2021, la projection-débat du docu-reportage “The Milky Way – Personne ne se sauve tout seul” en présence du réalisateur, Luigi D’Alife et de Claudio Cadei. Synopsis SOUS-TITRES EN FRANÇAIS De jour, les montagnes entre Clavière et Montgenèvre sont traversées par des milliers de skieurs sur la neige du domaine skiable « La Voie Lactée ». De nuit, elles sont parcourues en cachette dans les bois par des dizaines de migrants qui laissent l’Italie pour continuer leur voyage au-delà de la frontière française. The Milky Way est l’histoire de la solidarité des habitants et des dangers affrontés par les migrants, racontée à…
Lire la suite

« Notre territoire » Emigration et exploitation : un binôme incontournable? Le travail des personnes migrantes dans l’agriculture. Lien Youtube pour écouter l’enregistrement du débat Le lundi 7 jui 2021 à 18h30 sur ZOOM. Le CFSep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo ont organisé, le lundi 7 juin 2021 à 18h30, un débat en ligne à partir du court-métrage « Notre territoire » (Belgique, 2019, 20’), en présence de Mathieu VOLPE (réalisateur), Federico TOMASONE (project manager Rosa Luxemburg Stiftung Bruxelles) et d’un travailleur sans-papier qui habite en Belgique. Synopsis “Quand je suis arrivé à Rignano, les habitants du Ghetto m’ont dit : « Il ne faut pas garder des images de nos vies dans ces maisons précaires. Tu ne dois pas montrer ce désespoir, il ne t’appartient pas ». Muni de quelques mètres de pellicule, Mathieu Volpe retourne sur le territoire de son enfance, à la rencontre de ceux qui étaient absents de ses souvenirs d’été :…
Lire la suite

« C’est notre pays pour toujours » La participation politique des migrants et des personnes d’origine étrangère : stade final de l’intégration ? Lien youtube pour écouter l’enregistrement du débat Le mardi 11 mai 2021 à 18h30 sur ZOOM Le CFSep asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du CASI-UO asbl ont organisé, le mardi 11 mai 2021 à 18h30, un débat en ligne à partir du film « C’est notre pays pour toujours » (Belgique, 2002, 52’), en présence de Marie-Hélène MASSIN (réalisatrice) et de Mazyar KHOOJINIAN (historien). Synopsis « Depuis quelques années, des représentants de populations originaires de pays du Maghreb revendiquent leur participation au pouvoir. À Saint-Gilles, comme dans d’autres communes de Bruxelles, à l’occasion des élections communales, certains d’entre-eux se présentent pour la première fois sur les différentes listes des partis traditionnels, avec leurs revendications et leurs attentes. De rencontres en débats se reposent les questions à propos de la cohésion sociale et de…
Lire la suite

2020

Cette activité au début de l’année a commencé de la meilleure des façons : un premier film sur les partisanes en Italie qui aurait ouvert un cycle sur la relation entre les femmes et la politique. En effet c’est notre pratique courante d’organiser les projections en cycles thématiques, car un seul film et un seul débat pour affronter un sujet particulier n’assurent pas le niveau d’approfondissement que nous cherchons. Cette première projection a eu lieu fin février et avait vu la participation du Collectief 8 maars. Pendant cette dernière soirée de socialité, le collectif avait partagé les raisons de la grève appelée pour l’occasion (le 8 mars 2020 il y aurait eu une grande manifestation dans les rues de Bruxelles, sous une pluie constante). Une cinquantaine de personnes était présente à notre projection-débat. Nous avions déjà organisé presque tout pour arriver en mai avec quatre projections-débats sur cette thématique féministe : après deux semaines, on avait prévu une projection sur la lutte des femmes sans papiers en Belgique, avec la participation d’un collectif des premières concernées, mais cela n’a pas pu avoir lieu à cause des mesures pour lutter contre la pandémie. Aussi les autres deux projections du cycle n’ont pas vu le jour : une sur la lutte des Madres de plaza de Mayo en Argentine (avec un focus sur l’émigration politique chilienne et argentine dans les années 70) et une autre production belge sur la participation des femmes aux brigades rouges in Italie (Do you remember revolution de Loredana Bianconi). L’impossibilité à organiser des projections-débats en présentiel a empêché d’avancer selon la programmation et le cycle n’a pas eu lieu. Nous avons décidé de postposer les projections à date à déterminer, pour deux raisons : les documentaires étaient disponibles en ligne gratuitement, donc la valeur ajoutée était représentée par le moment d’échange collectif en présentiel. Donc nous avons voulu attendre que la situation revenait à la normalité, mais nos espoirs se sont vite confrontés avec la dure réalité. Pour cela nous avons accepté d’organiser deux projections-débats en ligne. La première projection a eu lieu en mai, tandis que la deuxième en décembre. Nous avons donc privilégié la projection de deux documentaires en lignes sur des sujets liés à l’actualité mais qui n’offrait pas une perspective d’action sociale immédiate : le coronavirus en Italie et la haine sur internet. Les deux documentaires proposés ont été accompagnés par des discussions avec les réalisateurs.  Les questions avaient été préparées à l’avance par l’animateur, en collaboration avec des personnes qui avaient déjà participé à nos projections, contactées pour l’occasion. Ceux qui ont participé à ces projections ont eu un rôle de spectateurs. Notre public fidélisé aux projections-débats a été averti des changements. Le public qui participait à notre activité était bien conscient que des alternatives n’étaient pas faciles à trouver.

« I FILI DELL’ODIO » La haine en ligne Jeudi 17 décembre 2020 (en ligne) Lien youtube pour la vision du documentaire Lien youtube pour regarder l’enregistrement de l’entretien à Valerio Nicolosi  Le cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo a organisé la projection en ligne du documentaire « I fili dell’odio » (« Le fil de la haine »), suivie par l’entretien à Valerio Nicolosi, réalisateur du documentaire.  Grâce à notre expérience associative, qui nous permet d’être en contact avec différents publics, nous savons que la haine en ligne représente un réel problème social dont les effets sur les personnes sont loin d’être virtuels. Dans cette période délicate, où le web risque d’être la seule arène disponible, nous devrions avoir des outils plus raffinés pour y naviguer et pour l’améliorer. Le documentaire « I fili dell’odio » (Le fil de la haine) de Tiziana Barillà, Daniele Nalbone et Giulia Polito réalisé par Valerio Nicolosi nous aide à le faire.  L’interview avec le…
Lire la suite

« ITALIA LOCKDOWN » Explosion de la pandémie, un système déjà en crise encore plus affaibli.  Lundi 20 avril 2020 (en ligne) Lien youtube pour la vision du documentaireLien youtube pour regarder  l’entretien à Carla Falzone  Le cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo a organisé la projection en ligne du documentaire « Italia Lockdown », suivie par l’entretien à Carla Falzone, réalisatrice du documentaire.  Deux mois après l’identification du premier cas de coronavirus en Italie, on y compte dans le pays au mois de mai plus de 180 000 infections au total et environ 25 000 décès officiels, dont plus de la moitié uniquement en Lombardie. Comment se fait-il que l’Italie ait atteint l’un des taux de mortalité les plus élevés dus au coronavirus ? Le documentaire et le débat nous ont permis de retracer les deux mois qui ont changé l’Italie à partir du 21 février 2020 (quand le premier patient italien positif pour Covid est…
Lire la suite

« BANDITE » De la résistance antifasciste à la lutte féministe: histoire, héritages et défis communs? Jeudi 27 février 2020 à 18h45 au CFS asbl (26 rue de la Victoire – 1060 St. Gilles) Le cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo et Frivolezze asbl ont organisé la projection du documentaire « Bandite » (Italie, 2009) de Alessia Proietti (51’, version originale sous-titrée en Français – VOSTFR). Celle-ci a été suivie d’un échange avec des membres du Collecti.e.f 8 maars, appellant toutes les femmes à faire grève pendant 48 heures le 8 et le 9 mars 2020.Cette projection ouvre un court cycle de documentaires, organisé par le Casi-Uo en collaboration avec d’autres associations, sur la participation des femmes aux luttes politiques.18h45 – 19h00 : accueil du public 19h00 – 20h30 : projection – débat 20h30 – 21h15 : verre de l’amitié — Synopsis —Dans le contexte de la Résistance italienne (1943 à 1945), le documentaire pose un regard…
Lire la suite

2019

En 2019 nous avons organisé 10 projections organisées comme suit. 

Monde du travail

La première projection de l’année 2019 a coïncidé avec la dernière du cycle sur le travail commencé en 2018. Le cycle des projections-débats sur le travail a commencé en 2018 et il a été clôturé en 2019. Cette programmation a eu comme fil conducteur le travail et les luttes dans le monde du travail. Nous avons choisi cette thématique parce que le travail est au cœur de nos existences et que, trop souvent, les décisions importantes n’y sont pas prises par les travailleurs, qui sont pourtant les premiers concernés. En Europe, pendant les 30 années qui ont suivi la Deuxième guerre mondiale, les travailleurs ont pu partiellement imposer leur voix, grâce à leur force : chaque droit social a été une conquête. Depuis 40 ans, ces victoires n’ont cessé d’être remises en cause par le néolibéralisme. Non content de s’attaquer aux organisations des travailleurs et à la grève, le discours dominant nous raconte qu’il n’y a plus des classes, ni d’antagonismes de classe. Il n’y aurait plus d’ouvriers, si ce n’est dans les pays étrangers : en Occident l’existence même des travailleurs et de leurs intérêts spécifiques sont niés. Malgré ces efforts menés par les classes dominantes pour voiler la réalité du terrain, les faits sont autres et les travailleurs sont loin d’accepter d’être transformés en objets ou marchandises. Pour cela la lutte continue : pour le salaire, pour le temps, pour les conditions de travail, pour la vie et l’existence. Avec ce cycle, clôturé en février 2019, nous avons voulu contribuer à cette lutte en stimulant des réflexions afin de faciliter la rencontre, la reconnaissance réciproque et l’organisation. 

Colonialisme italien

Avec la deuxième et la troisième nous avons voulu creuser la question du colonialisme italien, en particulier dans la corne d’Afrique pendant le fascisme. Le cycle sur l’impérialisme italien s’est imposé car nous avons voulu offrir un autre point de vue sur l’actualité de l’Italie et sur son histoire. Nous avons voulu, d’un côté, donner une image différente de celle dominante en 2019, avec le ministre de l’intérieur Matteo Salvini, à savoir l’image d’un pays raciste sans possibilité de sortie ; de l’autre côté, nous souhaitions éviter de tomber dans le piège d’imaginer un pays ou un peuple innocent et sans responsabilités dans le système des inégalités qui caractérisent le nord et le sud. En 2019 en Italie l’extrême droite avait retrouvé une nouvelle force qui s’est manifesté à plusieurs niveaux. Pour expliquer ce phénomène, la situation économique joue un rôle important : en une période de crise économique les inégalités augmentent et pour maintenir le contrôle dans la société le pouvoir crée des conflits horizontaux. Au niveau institutionnel, nous voyons que des racistes occupent des postes de ministres et cela ne pose plus de problèmes dans l’opinion publique. Pour compléter ce cadre, on voit qu’au niveau de la société civile des groupes d’extrême droite ont une large marge de manœuvre pour propager leurs discours de haine, grâce notamment aux médias soi-disant progressistes qui leur donnent de la place au nom de la liberté d’expression. C’est sur ce dernier niveau, à savoir le plan culturel, que comme association nous pouvons opérer. Nous croyons qu’approfondir l’histoire, à travers des productions culturelles, est une opération qui pourrait nous permettre de mieux se positionner dans le débat quotidien. Un collectif d’écrivains italiens, Wu Ming, disait “les histoires sont des haches de guerre à déterrer”. Voilà une conception qui voit l’histoire, les recherches et la divulgation comme étant des outils conflictuels pour changer l’état des choses présent. Avec ce cycle nous avons approfondi l’histoire du colonialisme italien, qui ne nait pas et ne meurt pas avec le fascisme, en espérant donner des outils pour lutter aujourd’hui contre le racisme et le nationalisme. 

Ecologie

La quatrième projection a été imaginée pour commémorer le dixième anniversaire du tremblement de terre dans les Abruzzes (avril 2009). A cette projection, insérée dans le cadre d’un festival, nous avons lié un rencontre-débat sur la gestion de l’urgence après les tremblements de terre dans les Marche en 2016. Nous ne pouvons pas parler d’un vrai cycle de projections car la projection a été unique, mais une introduction s’impose. Cette projection a été l’occasion pour faire un bilan de la situation dans des territoires touchés par les tremblements de terre dans les Abruzzes en avril 2009. Ce documentaire a été inséré dans le cadre d’un festival et il a été accompagné par une rencontre débat sur la gestion de l’urgence de la part du pouvoir public après le tremblement de terre dans les Marches en 2016. Toutes ces activités se sont focalisées sur la thématique de la durabilité sur un plan local à plusieurs niveaux – environnemental, social et économique. Nous avons voulu, avec nos partenaires, amener une réflexion sur des formes de sociétés alternatives au modèle actuel. Un autre objectif a été de réfléchir sur la relation entre pouvoirs publics, société civile et territoires. Les crises créent des nouveaux équilibres et la gestion de la crise est la phase pendant laquelle ces nouvelles relations de pouvoir peuvent être appréciées. Nous avons approfondi la gestion de la crise dans les Abruzzes et celle dans les Marches : l’observation que nous avons fait est que les pouvoirs publics essayent d’élargir leur influence sur la société dans ces situations, par contre la société civile risque d’être expulsée de ce parcours ou, pire, subsumée. Nous avons investigué les parcours de résistances autonomes de la société civile pendant ces deux catastrophes. Cette démarche est très utile pour comprendre aussi ailleurs les possibilités de la société civile d’accompagner, de contrôler ou de contraster l’action publique en périodes de crise, mais aussi dans des contextes de normalité. 

Sport et politique

La cinquième et la sixième projection ont été organisées en soutien de la IVème édition du tournoi antiraciste de football de Bruxelles, les documentaires ont donc permis de faire le lien entre la pratique sportive et politique.  Nous avons organisé deux projections sur la réalité qui lie le monde du sport avec celui de la politique. Ces deux projections ont eu comme objectif de soutenir la journée du quatrième tournoi antiraciste de Bruxelles. Ce tournoi représente, d’un côté, un espace où les différentes réalités politiques, associatives, qui font un travail de terrain, peuvent se rencontrer et créer des liens, à savoir faire communauté ; de l’autre côté, le tournoi permet aussi à toutes les personnes et les groupes qui ont déjà une pratique sportive, de venir et de s’intriguer à des moyens pour lier le sport à des pratiques antiracistes et antisexistes: à savoir, il a la fonction de politiser ces personnes ainsi que leurs pratiques. Nous imaginons le tournoi comme un espace traversé par différents parcours et expériences de sport qui se renforcent mutuellement, pour après repartir et continuer leur travail quotidien. Pour renforcer cela nous avons organisé un parcours préalable au tournoi, fait par des événements qui avaient comme but de développer des réflexions sur le sport. Tout le monde investit le football de qualités dans un sens comme dans l’autre. D’un côté on a ceux qui pensent que le football serait la cause du racisme, du fascisme, de l’homophobie, du nationalisme. Nous entendons souvent dire “ah oui si tous ces gens à la place de regarder des matches participaient aux manifs ça serait toute autre chose”. Donc nous avons ici une vision du football comme arme de distraction massive. Ou à l’inverse, il serait la réponse à tous les problèmes de la société : le foot va lutter contre le racisme, rapprocher les peuples, il faut faire du foot en prison, dans les banlieues etc. Le sport peut être un dispositif dans les mains du pouvoir pour exercer un contrôle de masses pour imposer un modèle ; de l’autre côté, il peut être vecteur d’émancipation populaire. Les deux projections s’insèrent dans cette dialectique puisqu’elles sont l’exemple de l’un et de l’autre.

Identités migrantes

Les quatre dernières projections ont eu comme fil conducteur la migration, l’accueil et les identités migrantes.  N’importe quelle organisation abordant la question migratoire dans l’espace européen est obligé de commencer par la prise en compte des années ayant suivi la crise économique du 2008. Une bonne décennie s’est écoulée et pourtant, les conditions de vie des classes populaires, surtout celles qui habitent les pays baignés par la Méditerranée ne font qu’empirer. La restructuration du système économique, les inégalités entre le nord et le sud du monde, les guerres (plus ou moins déclarées), ont produit de larges vagues migratoires dont le territoire italien a été un protagoniste central. L’île sicilienne de Lampedusa et l’Italie ont été à la fois murs à franchir, portails à traverser, prisons à fuir, routes à parcourir ou bouées de sauvetage. Ces personnes, au fil des années, ont été utilisées comme prétextes politiques : une bonne partie du débat public italien s’est concentré sur la question migratoire avec l’objectif de détourner l’attention des problèmes sociaux grandissant. Pensons à l’histoire récente de Riace, petit village de Calabre qui pendant 20 ans a garanti aux migrants, grâce à la force de sa population et à l’énergie de son maire, Mimmo Lucano, un accueil digne. Lors de la rédaction de ce texte, cette réalité a été écrasée par une action judiciaire dramatiquement ironique : le maire de Riace a été accusé, en octobre 2018 sur ordre du procureur de Locri, d’« aide à l’immigration clandestine ». Il fut finalement déclaré innocent, mais la mairie tomba dans les mains de la Lega de Matteo Salvini. On se souviendra de l’été 2019 pour l’affaire du bateau Seawatch 3 et de sa capitaine Carola Rakete : elle venait de forcer le bloc naval imposé par le Ministre de l’Intérieur Salvini, pour faire débarquer dans le port de Lampedusa les 42 migrants sauvés de la mer. La capitaine du navire fut arrêtée puis relâchée, ce fut l’occasion d’une grande polarisation dans le débat public autour du sort des 42 migrants et de celui de la capitaine allemande qui a été l’objet des pires insultes, notamment misogynes : les images des militants de la Lega qui l’attendaient au port de Lampedusa, représentent une page sombre de l’histoire récente. Carola Rakete a, il faut aussi le souligner, un soutien important de la part des réseaux de solidarité locaux qui lui ont permis de rentrer en Allemagne. L’Italie n’a heureusement pas qu’un seul visage.   A travers les quatre événements de ciné-club, nous avons pu creuser la question de la migration en Italie et en Belgique à l’heure actuelle. Nous avons pu aussi jeter un œil sur d’autres vagues migratoires : comme celle en Belgique des Italiens et les identités qu’ils ont construit dans les temps ;  ou celle chilienne en Italie après le coup d’état de Pinochet en ’73.  Cette dernière projection a été l’occasion pour voir qu’un autre accueil est possible si une volonté politique est présente. Les projections des documentaires sur la frontière des Alpes et celle de la Méditerranée ont eu un impact important dans notre réflexion sur le rôle que l’Union européenne joue à l’heure actuelle. Ce qui est certes c’est que nous avons ainsi pu dégager l’observation que les migrations sont des phénomènes sociaux complexes qui doivent être compris pour pouvoir se positionner et ne pas rester comme des spectateurs passif, mais se transformer en vecteur de solidarité entre les peuples.

« Frontiere, le vie per l’Europa » Quelles solidarités sont possibles en plaine mer ?  Le jeudi 5 décembre 2019, le Casi-Uo, Apriamo i Porti Bruxelles – Ouvrons les Ports Bruxelles, MOC Bruxelles et le Collectif Formation Société – ep ont organisé la projection-débat du docu-reportage “Frontiere, le vie per l’Europa” en présence du réalisateur, Valerio Nicolosi.  Synopsis « Frontiere, le vie per l’Europa » (Frontières, les voies pour l’Europe) est un documentaire qui entrelace les histoires des migrants et celles des bénévoles, des histoires qui se croisent chaque jour sur les routes pour l’Europe. La frontière entre la Syrie et le Liban, et l’impasse dans le Pays des cèdres. Lesbos, Samos, Leros, Thessalonique, Idoméni et la “Route Balkanique”. La Méditerranée Centrale, ceux et celles qui s’échappent de Libye et les ONG qui sauvent des vies en mer, nonobstant la guerre qui est en cours vis-à-vis de leur travail. Ceuta, Melilla et la route…
Lire la suite

« Santiago, Italia » La solidarité au prisme du temps : le cas des refugiés politiques chiliens en Italie  jeudi 21 novembre 2019 à 18h45, au CFS asbl, rue de la victoire 26, Saint-Gilles (1060) le CFS-ep asbl et le CASI-UO asbl ont organisé  la projection-débat du  film « Santiago, Italia» (Italie-France, 2018, 80’) de Nanni Moretti. Celle-ci a été suivie d’un débat avec Herminia RODRIGUEZ, médecin argentine ayant vécu longtemps au Chili ; elle s’est exilée en Belgique après le coup d’État de 1973 et a été très active en tant que militante..  Synopsis Après le coup d’État militaire du général Pinochet de septembre 1973, l’ambassade d’Italie à Santiago (Chili) a accueilli des centaines de demandeurs d’asile. À travers des témoignages, le documentaire de Nanni Moretti raconte cette période pendant laquelle de nombreuses vies ont été sauvées grâce à quelques diplomates italiens. »Voir un extrait du film https://www.youtube.com/watch?v=vPAuEdwg7ho Débat En ce moment, au…
Lire la suite

« Il confine occidentale » Frontières dangereuses : comment les traverser, comment les effacer ?  Jeudi 17 octobre 2019 à 18h45, au CFS asbl, rue de la victoire 26, Saint-Gilles (1060) à ce jour, le CFS-ep asbl et le CASI-UO asbl ont organisé  la projection-débat du court-métrage « Il confine occidentale» (Italie-France, 2018, 20’) de Luigi D’Alife. Celle-ci a été suivie d’un débat avec le réalisateur.  Synopsis le territoire des Alpes occidentales est traversé depuis des milliers d’années par des routes d’immigration et d’émigration. Une frontière naturelle trompeuse qui divise une même population montagnarde. La route des Alpes des migrants n’a rien de nouveau et malgré la militarisation des frontière, des habitants de ces vallées ont décidé de ne pas baisser les bras et de ne pas tourner le dos à qui se passe sur les chemins des leurs montagnes. (https://www.openddb.it/film/il-confine-occidentale/) Débat Et dire qu’il y a de nombreuses années, c’étaient les…
Lire la suite

«Quelque chose de nous» et «Nos ancêtres n’étaient pas gaulois» immigration et intégration :  un binôme possible ? le cas des Italiens à Bruxelles Vendredi 21 juin 2019 à 19h00 à la Maison des voyageurs, avenue de Scheut, Anderlecht (1070) Dans le cadre des trois soirées dédiées aux Italien.ne.s en Belgique, le Casi-Uo et la Maison des Voyageurs/Reizigershuis 1070 ont organisé un cinéclub “Paroles sur images” pour deux projections des deux court-métrages. Synopsis«Quelque chose de nous» ; vidéo traitant de la transmission dont les textes ont été réalisés lors d’un atelier d’écriture avec les aînés du Casi-Uo «Nos ancêtres n’étaient pas gaulois» ; une vidéo sur la 2ème et la 3ème génération DébatNous avons constaté dans nos discussions, que de nombreuses personnes lorsqu’elles disent se sentir intégrées semblent se sentir avant tout appartenir à un groupe qu’elles définissent souvent comme celui de la communauté italienne à Bruxelles. Nous avons réfléchi autour ce sujet en…
Lire la suite

« Antifaboxe 10 » Le sport :  un dispositif d’émancipation populaire ou de contrôle et exploitation capitaliste ? #2 Jeudi 20 juin 2019 à 19h00 au 26 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) SynopsisEn octobre 2001, l’histoire de la salle de sport populaire autogérée Antifa Boxe a commencé dans le centre social Askatasuna, à Turin. Le film sur le gymnase populaire naît de la récupération de matériels hétérogènes réalisés au cours des années par différentes personnes et dans différents contextes : combats sportifs, vidéos amatrices des moments de convivialité (les repas et fêtes organisés, les travaux dans la salle) ou d’engagement politique ( manifestations et rassemblements). En plus, il y a une série d’entretiens réalisés entre 2008 et 2011 qui structure le documentaire. En plus de l’expérience turinoise, on y parle d’autres réalités sportives italiennes. L’objectif est de raconter un parcours sportif et politique dans lequel les expériences personnelles au sein du gymnase populaire…
Lire la suite

« The Workers Cup » Le sport :  un dispositif d’émancipation populaire ou de contrôle et exploitation capitaliste ? Jeudi 16 mai 2019 à 19h00 au 26 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) Deux mois avant la quatrième édition du Tournoi de football antiraciste de Bruxelles, en collaboration avec le comité du Tournoi, nous avons organisé la projection-débat  du documentaire “The workers cup” SynopsisThe workers cup est une plongée dans le Qatar de l’avant coupe du Monde en 2022. Les travailleurs étrangers sont 1,6 million, soit 60% de la population du pays à construire les stades, les routes, les hôtels. Employés par de grandes entreprises qui, fidèles aux lois du pays, leur confisquent leurs passeports à leur arrivée, leur interdisant aussi de changer de boîte et de rentrer au pays. Ces travailleurs, prisonniers en quelque sorte, n’ont plus d’autre choix que de trimer dans des conditions très dures. Pour leur remonter le moral et envoyer…
Lire la suite

« Io prometto » Dix ans après les grands tremblements de terre des Abruzzes, quelles résistances se manifestent et méritent d’être racontées ?   Jeudi 2 mai 2019 à 19h00 au 26 rue de la victoire, Saint-Gilles (1060) Dans le cadre du cinéclub du Casi-Uo “Paroles sur images” et du festival “Borgofuturo”, nous avons organisé la projection-débat du documentaire “I Promise” par Cecilia Fascisani   Synopsis Le documentaire présente quelques-unes des histoires de résistance quotidienne dans les régions touchées par plusieurs séismes dans le Centre d’Italie à la fin des années 2000′. Il s’agit notamment des histoires de quatre femmes. Le film nous montre comment elles ont réagi à la tragédie, comment elles ont participé à la mise en place de réseaux de solidarité dans différentes villes à travers notamment des rencontres, des collectes de fonds et des débats. Certaines histoires ont commencé il y a plusieurs années, alors que d’autres sont très récentes,…
Lire la suite

« Pagine NASCOSTE » Colonialisme et émigration : le fascisme en Ethiopie.   Mardi 2 avril 2019 à 19h00 au CFS asbl (26 rue de la Victoire – 1060 Saint-Gilles) le Casi-Uo, le CFS asbl et le MRAX ont organisé « une projection-débat du documentaire « Pagine Nascoste » de Sabrina Varani Synopsis Entre le passé colonial italien et l’actualité caractérisée par les grandes migrations, pour «Sangue giusto», son dernier roman, l’écrivaine Francesca Melandri mène des recherches d’archives en Italie et en Éthiopie. En écoutant les témoignages et en affrontant les oublis collectifs de la mémoire et du fascisme en Italie, elle découvre que son père a une histoire différente, voire surprenante, de celle qui a toujours été racontée en famille. Le débat Nous avons approfondi avec la réalisatrice Sabrina Varani les tenants de son oeuvre au cours d’une discussion débat en fin de projection. Nous en profiterons pour se poser la question des enjeux actuels et de l’amnésie…
Lire la suite

« Oltremare (colonies fascistes) » Colonialisme et émigration : le fascisme en Ethiopie Jeudi 21 mars 2019 à 19h00 au CFS asbl (26 rue de la Victoire – 1060 Saint-Gilles) le Casi-Uo a participé au « Festival à films ouverts » avec une projection-débat dans le cadre de son ciné-club « Paroles sur Images ». En 2019, nous avons proposé : Oltremare (Colonies fascistes) de Loredana Bianconi SynopsisDans l’Italie fasciste des années 30, le petit village de Borgo voit une partie de ses habitants, poussés par la misère ou l’esprit d’aventure, émigrer dans les colonies de « L’Empire Italien d’Afrique ». Ils s’en vont chercher l’Eldorado que la propagande fasciste leur a promis. Leur rêve se brise après quelques années seulement. La guerre et la chute du régime entraînent la perte des Colonies, les obligeant à revenir à Borgo, après avoir tout perdu. Cette épopée nous est dévoilée par les mots, les mémoires écrites et les centaines de…
Lire la suite

« Au bonneur des dames ? » Quels espaces pour la lutte syndicale dans le secteur du nettoyage ?   Mardi 26 février 2019 à 19h00 au CFS asbl (26 rue de la Victoire – 1060 Saint-Gilles) Le CFS asbl et le Cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo asbl ont organisé la projection-débat du documentaire « Au bonheur des dames ? »  de Agnès Lejeune & Gaëlle Hardy (2018). Celle-ci a été suivie d’un échange avec Marie Virginie Brimbois, aide ménagère, déléguée syndicale et protagoniste du documentaire Synopsis  « Elles » ont de 20 à 65 ans. Elles sont “femmes de ménage” comme on le dit encore trop souvent. Tous les matins elles s’en vont travailler chez les autres. Certaines d’entre elles n’ont pas fait d’études : elles ont connu le travail en usine, ou au noir. D’autres encore ont été vendeuses, éducatrices, enseignantes ou aides-soignantes.. Et puis il y a eu les basculements de…
Lire la suite

2018

En 2018 nous avons organisé 10 projections dont 8 ont été encadrées dans deux cycles thématiques. En dehors de ce deux cycles nous avons organisé encore deux projections extra sur le sport et le génocide du peuple juif.

Participation politique

Le premier cycle de documentaires du CASI-UO, entre avril et juillet 2018, a eu comme fil conducteur les pratiques de participation politique. En octobre 2018 il y a eu les élections communales auxquelles les citoyens étrangers auraient pu participer. Nous avons proposé à notre public des documentaires et des débats qui d’un côté voulaient rappeler cette possibilité et de l’autre affirmer que la participation politique ne se réduit pas aux élections. “Ballots instead of bullets” disent les Américains : des élections, pas des balles pour résoudre les conflits. Entre les deux options, il y a d’autres parcours qui peuvent être menés par les peuples pour faire entendre leur voix et pour imposer leurs projets. Les documentaires choisis ont voulu parcourir idéalement un parcours de lutte politique : prise de conscience, action collective, victoire collective, défaite collective. 

Monde du travail

Le deuxième cycle de documentaires du Casi-Uo, prenant place entre septembre et décembre, a eu comme fil conducteur le travail et les luttes dans le monde du travail. Nous avons choisi cette thématique parce que nous trouvons que le travail est au cœur de nos existences et que, trop souvent, les décisions importantes d’y sont pas prises par les travailleurs, qui sont pourtant les premiers concernés. En Europe, pendant les 30 années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale, les travailleurs ont pu partiellement imposer leur voix, grâce à leur force : chaque droit social a été une conquête. Depuis 40 ans, ces victoires n’ont cessé d’être remises en cause par le néolibéralisme. Non content de s’attaquer aux organisations des travailleurs et à la grève, le discours dominant nous raconte qu’il n’y a plus des classes, ni des antagonismes de classe. Il n’y aurait plus d’ouvriers, si ce n’est dans les pays étrangers : en Occident l’existence même des travailleurs et de leurs intérêts spécifiques sont niés. Malgré ces efforts menés par les classes dominantes pour voiler la réalité du terrain, les faits sont autres et les travailleurs sont loin d’accepter d’être transformés en objets ou marchandises. Pour cela la lutte continue : pour le salaire, pour le temps, pour les conditions de travail, pour la vie et l’existence. Avec nos cinq projections nous avons voulu  contribuer à cette lutte en stimulant des réflexions afin de faciliter la rencontre, la reconnaissance réciproque et l’organisation.

« Le geste ordinnaire » La classe ouvrière en Belgique : entre travail, normalité et revendications.  Le Cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo asbl a organisé la projection-débat du documentaire « Le geste ordinnaire » de Denis Gheerbrant (BE  2011 – 64′).  Synopsis  « J’ai quitté La Louvière, petite ville de province, pour Bruxelles : les terrils pour les bibliothèques. Le film est un regard sur mon père, sur ce qu’il m’a transmis. Le film est un questionnement sur ce qui nous sépare. Il s’ouvre et se ferme sur les images d’une usine. J’y découvre mon père : je propose un chemin. Un parcours à travers une histoire personnelle et celle d’un pays : la Belgique ouvrière. On voit le travail, on écoute les gestes. Les paroles se dressent et nous aident à comprendre ce qu’est être ouvrier aujourd’hui.» Maxime Coton (https://cvb.be/fr/films/geste-ordinaire#synopsis) Débat “Le geste ordinaire”, documentaire réalisé par Maxime Coton, fait le portrait d’un ouvrier d’usine…
Lire la suite

« The Harvest » Migration et exploitation dans le monde agricole : un binôme à connaître pour y resister Le Cinéclub « Paroles sur Images » du Casi-Uo asbl et OPENddb ont organisé la projection-débat du documentaire « The harvest » de Paco Mariani (IT 2017 – 73′).  Synopsis The Harvest raconte la vie de la communauté Sikh qui réside de manière permanente dans les marais pontins (en italien Agro pontino à soixante kilomètres au sud de Rome) et de la relation de ces personnes avec le marché du travail. Les membres de ces communautés sont employés comme journaliers agricoles dans la région. Les épisodes d’exploitation (caporalato, travail à la tâche, bas salaires, violences physique et verbale) qui apparaissent dans le film ont été enregistrés par les associations actives sur le terrain.Ces conditions de travail extrêmes sont souvent couplées à une consommation de substances dopantes pour résister aux rythmes imposés par la production. Ce phénomène s’accroît de façon…
Lire la suite

« On a grèvé » Oser lutter, oser vaincre : la lutte dans l’hôtellerie en France Le Cinéclub « Paroles sur Images » et le CFS asbl ont organisé la projection-débat du documentaire « On a grèvé » de Denis Gheerbrant (BE  2011 – 64′).  Synopsis Le documentaire nous raconte l’histoire de Oulimata, Mariam, Géraldine, Fatoumata… elles sont une petite vingtaine de femmes de chambres et pendant un mois elles vont affronter le deuxième groupe hôtelier d’Europe. Pour la première fois, elles n’acceptent plus la manière dont elles sont traitées. Et elles tiendront jusqu’au bout, avec force musique et danse. Débat le documentaire adopte raconte la grève de femmes de chambre employées par des sociétés sous-traitantes de deux hôtels : « Première classe » et « Campanile » du groupe Louvre Hôtels de Paris. Ces travailleuses, aidées par les syndicat CGT et la CNT, grâce à leur lutte avaient obtenu satisfaction sur une grande partie de leurs revendications.…
Lire la suite

« Vite al centro » Le travail féminin dans les centres commerciaux : entre transformations et résistances Le jeudi 26 septembre 2018, le Casi-Uo asbl a organisé une projection-débat du documentaire « Vite al Centro » de Fabio Ferrero, Nicola Zambelli (IT 2014 – 76′).  Synopsis La quasi-majorité des employés de la grande distribution sont des femmes de 35 ans, en moyenne. De nombreuses d’entre elles sont aussi des mères qui portent le poids de la famille et de l’économie domestique, dans un pays où le budget pour le welfare diminue d’année en année. Le documentaire VIES AU CENTRE naît du besoin de montrer la transformation du monde familial en partant d’une réflexion sur le travail féminin dans les centres commerciaux, sur leur présence désormais constante dans les périphéries urbaines (de Brescia mais aussi de toute l’Italie) et sur la possibilité d’embauches pour les jeunes à la recherche d’un emploi, en cette période de crise. (https://www.openddb.it/film/vite-al-centro/)…
Lire la suite

« Rien ne nous est donné » La grève, un instrument encore d’actualité pour un monde plus juste : les luttes dans les usines de Bruxelles Le jeudi 13 septembre 2018, le Casi-Uo asbl a organisé une projection-débat du documentaire « Rien ne nous est donné » de Benjamin Durand (BE 2018 – 58′).  Synopsis « La grève vous êtes dedans 24h sur 24; et vous tombez à genoux au bout de quelques jours, et puis hop, il faut se relever et se dire : allez on va encore se battre ». Bruxelles. Des grévistes nous racontent leur combat. L’organisation, le rapport de force, la réaction patronale. 1969, 1988, 1994, 2009, 2010. Des conflits différents mais la même logique, la même détermination, la même classe sociale. Comprendre que l’action collective reste le seul moyen efficace pour défendre ses droits, son emploi, sa dignité. Penser les luttes sociales d’hier et d’aujourd’hui pour mieux organiser celles de…
Lire la suite

« Ottopunti » La répression des mouvements sociaux en Italie et en Belgique Le jeudi 5 juillet 2018, le Casi-Uo asbl a organisé une projection-débat du documentaire « Ottopunti » de Danilo Monte (IT 2014 – 55′).  Synopsis Timothy Ormezzano et le réalisateur Danilo Monte parcourent, à nouveau, les rues de Gênes onze ans après le G8 de 2001. Les deux hommes effectuent un parcours de mémoire et d’espoir. Un dialogue sincère et direct entre deux amis et entre un père et son fils, pour donner un sens à la déception d’une génération entière (https://www.openddb.fr/films/ottopunti/). Débat Au terme de trois jours d’émeute et de répression, le bilan est d’un mort (Carlo Giulian, manifestant de 21 ansi), 600 blessés du côté des manifestants. Selon Amnesty International il s’agit de « la plus grave atteinte aux droits démocratiques dans un pays occidental depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Après ces événements les mouvement sociaux…
Lire la suite

« Je so’ pazzo » L’autogestion comme pratique d’emancipation populaire : l’histoire de l’ex-opg de Naples  Le jeudi 21 juin 2018, le Casi-Uo asbl et l’assemblé de Potere al Popolo Bxl  ont organisé une projection-débat du documentaire « Je so’ pazzo » de Andrea Canova (IT 2018 – 73′).  Synopsis L’histoire et la mémoire de l’ex Hôpital psychiatrique judiciaire de Sant’Eframo Nuovo, racontée à travers du journal et des poèmes d’un ex détenu (Michele Fragna), se mêlent avec les images d’un vent de changement, de l’actuel procès de régénération d’un des plus grands et moins connus bâtiments historiques de Naples. (https://www.openddb.fr/films/je-so-pazzo/) Débat Le documentaire , “Je so’ pazzo” par Andrea Canova, a été choisi pour montrer une expérience positive d’autogestion et organisation dans un quartier populaire de Naples. L’Ex OPG – Je so’ pazzo était une prison abandonnée à partir du 2008 : en 2015 fut occupée par des militants politiques et transformée en centre d’action…
Lire la suite

« RINO, LA mia ascia di guerra » Un toit pour ceux qui luttent. La crise du logement dans les métropoles européennes Le jeudi  24 mai 2018, le Casi-Uo asbl a organisé une projection-débat du documentaire « Where is my house ? » de Matteo Di Calisto (IT 2013 – 59′).  Synopsis Un documentaire choral qui nous emmène au coeur des problèmes de logement à Rome, en explorant ses différentes réalités et nuances : des cabanes et tentes aux bâtiments et usines occupées qui montrent un autre aspect de la vie à Rome ; ville de personnes sans logement et de logements sans personnes (https://www.openddb.it/film/where-is-my-house/) Débat Nous avons voulu jeter de la lumière sur la situation du logement en Italie et de faire le parallèle avec Bruxelles. L’objectif n’était pas de faire l’état de l’art sur la question du logement en Europe mais de voir quelles actions collectives peuvent être menées pour répondre aux besoins…
Lire la suite

« RINO, LA mia ascia di guerra » Rappeler aujourd’hui la Résistance au nazisme cela a-t-il encore un sens ?  Le mardi 17 avril 2018, le Casi-Uo asbl a organisé une projection-débat du documentaire « Rino, la mia ascia di guerra » de Andrea Zambelli (IT 2015 – 56′).  Synopsis Quand il était petit, Andrea avait un héros : “Rino”. Partisan, communiste, différent des autres… Ça fait plusieurs années qu’il pensait à un film sur Rino. Mais aujourd’hui Rino ne peut plus raconter : il a la maladie d’Alzheimer. Andrea commence à regarder les dizaines de cassettes sur lesquelles les histoires de Rino sont enregistrées et, au fur et à mesure, leur rapport change, l’héros d’hier est aujourd’hui un homme qui a besoin d’être assisté (https://www.openddb.it/film/rino-la-mia-ascia-di-guerra/) Débat La Résistance selon les historiens a compté presque trois cent mille personnes, chacune porteuse de ses propres motivations : pour Rino cette participation, qui était bien sûre…
Lire la suite

« L’étranger » La pratique sportive comme vecteur d’intégration Le jeudi 22 mars 2018, le Casi-Uo asbl et le festival à Films ouverts ont organisé une projection-débat du film « L’étranger » de Kenneth Michiels (BE 2017 – 55′).  Synopsis Dans le « croissant pauvre » autour de Bruxelles, un enfant sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Le BX Brussels de Vincent Kompany, un projet sportif et social, a pour vocation d’accueillir ces enfants. L’Étranger suit le combat de Moussa, coach de football tout juste arrivé du Sénégal, auprès des jeunes joueurs d’origine étrangère pour leur donner espoir en leur sport… et en leur vie. Débat On est face à une histoire commune qui est en train de s’écrire sur ce terrain de Woluwe-Saint-Lambert. Celle qui unit un coach tout juste débarqué du Sénégal, étranger à la culture belge, et des jeunes dont certains vivent en situation précaire, tiraillés entre la Belgique et leur…
Lire la suite

« Un sac de billes » Comment parler du génocide du peuple juif aux jeunes ?  Le vendredi 2 février 2018, nous avons organisé une projection-débat du film « Un sac de billes » de Christian Duguay (France – 110′). Cette projection était destinée aux publics du Casi-Uo, à savoir les aînés et les jeunes, sur une des pages parmi les plus sombres de nos histoires, la Deuxième guerre mondiale et le génocide du peuple juif. Synopsis Dans la France occupée, Maurice et Joseph, deux jeunes frères juifs, sont envoyés par leurs parents dans la zone libre et font preuve de malice, de courage et d’ingéniosité pour échapper aux occupants et tenter de réunir à nouveau leur famille. Débat A partir de la vision du film « Un sac de billes » réalisé par Christian Duguay, nous avons retracé l’histoire de la France occupée et partagé nos impressions par rapport aux parcours empruntés par…
Lire la suite